On entre dans la région de Haast sur la cote ouest de l’ile du sud. Entre rivières, gouffres et cascades c’est finalement le Whitebait, petit poisson luxurieux qui fait la curiosité du coin !

On alterne nos nuits entre camping gratuit, camping payant, et camping sauvage. Pour cette fois ci ce sera camping payant. Mais attention, ici comme en australie, la majorité des campings se font en toute indépendance. En gros vous arrivez, vous choisissez votre coin, pour nous c’est pas difficile on est les seuls, et vous allez récupérer une petite enveloppe plastifiée dans laquelle vous glissez vos 7$ que vous  glissez ensuite dans cette petite boite aux lettres.

Voici la pochette plastifiée. On sent bien la différence d’humidité avec l’australie, car la ba, c’était des enveloppes en papier !

Alors tout comme en australie, parfois on paye, parfois non. Faut dire qu’on est vraiment seul ici, et la plupart des dits camping sont juste un emplacement officiel mais sans réel aménagement. En gros c’est souvent la même chose que faire du camping sauvage.

Passé ces histoires de camping on poursuit notre route. On s’arrête voir les Blue Pool. Regardez la photo vous comprendrez le nom. La jonction de deux rivières d’un bleu azur hallucinant.

L’eau est si transparente que du pont on peut apercevoir tous les poissons. En très grand nombre ici d’ailleurs. Dommage que l’on ai pas de canne à pêche dans notre campervan !

Les traditionnelles pyramides de cailloux auxquels j’ajoute toujours ma petite pierre.

Où est Charlie ?

Allez hop une autre cascade à aller voir. On se retrouve encore au milieu d’une forêt dense de Palmiers et autres fougères.

Les troncs des arbres sont recouverts de mousses et de lichens.

Entre les marécages, les arbres morts, les liannes et fougères envahissantes, il vaut mieux rester sur le chemin sans quoi on a l’impression que la forêt va nous manger tout cru !

On débouche sur une large rivière d’une eau transparente mais d’un bleu gris sous un ciel chargé.

Juste en face une jolie cascade.

On repart pour finalement traverser le mythique Haast Pass. C’est un col et la démarcation entre la région de l’Otago et la côte ouest.

C’est surtout un immense gouffre avec un torrent rugissant.

Adrian est parti s’aventurer tout près sur les rochers. Vous tombez dedans vous êtes probablement mort en quelques secondes. Une énorme machine à laver. Le bruit est assourdissant.

J’ai pris une vidéo, je songe souvent à en poster, mais l’upload est souvent long en fonction de mes connections !

On reprend la route qui frole toujours le vide. Ces éboulement sont très fréquent en Nouvelle Zélande. Pas de barrière de sécurité, il vaut donc mieux ne pas trop s’approcher. Pas contre rouler au milieu de la route en plein virages montagneux ou rouler au bord, on se demande parfois ce qui est le plus sécuritaire !

On a rejoint la côte.

Une petite balade nous fait passer à travers une autre forêt luxuriante à deux pas de la plage !

Mais aussi des marécages.

Les vagues viennent nous chatouiller les doigts de pieds !

Sur la route on croise encore une vieille pancarte mentionnant « Whitebait for sale » On ne savait pas du tout ce que c’était. On est donc allés voir ça de plus près.

Les Whitebait sont donc ces tout petits poissons blancs, quasi transparents. Ont dit qu’ils valent de l’or car ils ne peuvent être péchés que lors d’une toute petite période dans l’année de 3 ou 4 semaines. Pour préserver les stocks et leur reproduction leur pêche est ultra controlée.

Voilà pourquoi on les retrouve vendu entre 80 et 100 dollars le kilos, pouvant même grimper jusqu’à 150 $ certaines saisons !

On n’allait pas repartir sans gouter, Adrian s’est donc offert une moitiée de boite, c’est à dire quelques grammes.

Notre vendeuse à été très généreuse et nous en avons eu droit un peu plus !

Après lui avoir demandé des conseil de cuissons, on se les ai cuisinés comme le veut la tradition, dans une omelette accompagné de citron.

Et c’était ma foi très bon !